Ajouter aux favorisEnvoyer à un amiImprimer la page


Accueil > S'oxygéner > La pêche en Haute-Marne > La pêche des salmonidés

La pêche des salmonidés

 

 

L’ombre 

Les rivières à ombres
Sur la Marne, on rencontre l’ombre de Chaumont à Rachecourt-sur-Marne. La population colonise de nouveaux secteurs vers l’aval. La rivière a une largeur moyenne de 20 à 30 m pour une profondeur comprise entre 50 cm et 1 m dans les tronçons à écoulement naturel. L’ombre y fréquente les courants et les pools où croissent les herbiers de renoncules aquatiques. La rivière est pêchable à la mouche sur la plus grande partie de sa longueur dans les meilleures conditions. On rencontre de belles populations d’ombres sur l’Aube, vers Laferté-sur-Aube. Les dimensions de la rivière sont comparables à celles du Rognon. La pêche à la mouche en waders ou du bord y est facilement praticable.

La truite

La Haute-Marne possède un important réseau de cours d’eau à truites qui prennent naissance sur les plateaux calcaires du Barrois et le plateau de Langres. Les populations, qui bénéficient de nombreux ruisseaux pour frayer, sont constituées essentiellement de truites fario indigènes.
On distingue deux types de cours d’eau en fonction des possibilités de pêche qu’ils offrent  

Les petits ruisseaux à truites
Il s’agit de l’Aube en amont d’Aubepierre, de l’Aujon en amont d’Arc-en-Barrois, de la Blaise en amont de Doulevant, du Rognon en amont d’Andelot et des petits affluents de la Marne. Ces ruisseaux font entre 3 et 8 m de large. Leurs vallées sont boisées ou occupées par des prairies. Le printemps est la meilleure saison pour les parcourir.
Le vairon casqué (godille) et la pêche au ver y sont les techniques les plus pratiquées. En été, le vairon casqué donne de bons résultats notamment tôt le matin ; la pêche à la mouche y est possible du bord sur certains secteurs. La quinzaine précédant la fermeture de la pêche à la truite est une très bonne période de pêche. 
 

 

Photos de salmonidés

Les rivières à truites
Il s’agit des mêmes rivières dans leurs parcours aval. L’Aujon, la Marne et l’Aube y sont rajeunies par d’importants apports d’eau souterraine très fraîche et bien oxygénée. Ces rivières ont une largeur moyenne comprise entre 10 et 30 mètres.
Sauf sur l’Aujon, la truite et l’ombre commun y cohabitent. En période printanière, le vairon casqué et le ver sont les techniques les plus employées. La saison de pêche à la mouche sèche débute autour du 15 mai. La pêche à la mouche noyée, au printemps et en été, peu pratiquée dans le département, donne d’excellents résultats sur la Marne, en aval de la confluence du Rognon.